[Accueil Allezlelosc] [Chat]
.
Venez suivre le Bistrot d'Allezlelosc le mardi soir ainsi que les matchs entre supporters sur notre chaine Twitch https://www.twitch.tv/allddn

Forum des supporters du LOSC

Forum des supporters du LOSC
Liens commerciaux
Nous sommes le 04 Aoû 2021 00:52


Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d'été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1359 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82 ... 91  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 17 Jan 2011 20:20 
Hors ligne
Fan
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 12 Juin 2004 15:55
Messages: 527
Attention tout de meme.Si on suit la loi a la lettre le permis doit etre annulé
_________________________

Sauf que ,comme l' a précisé le rapporteur publique , il y a 1 sursis à statuer de 15 jours en attendant les compléments d' Infos d ' Elisa et du maire absent ...
Cette histoire me rappèle l' Avis du Préfet de Région Mr Bérard qui avait demandé 1 complément d'infos à Elisa sur la dangerosité des cendres volantes ..
Après 1 entrevue avec gilles Malavallon , tout s'est arrangé ..
Nous nous en sortons mieux qu' à Valenciennes qui a du réécrire le Permis de construire et cela avait pris 6 mois ..
Les problémes de fond : Manque d'enquête publique , les Chauves souris , la pollution de la nappe phréatique et j'en oublie ont tous été rejetés par la rapporteur publique alors pourquoi s'inquiéter ??
Si on annule définitivement 1 projet comme celui là qui a reçu toutes les autorisations de l' état , du préfet et j'en passe , alors on ne peut plus rien construire sur notre territoire ...
Alors soyons sérieux , les recours sont morts ..
Il faut profiter jour après jour de ce beau chantier qui avance vite et cela dans la sérénité ..

Sauf que le raporteur suggère, donne son avis... seulement.
La décision ce n'est pas lui qui la prend.
[color=#FF0000]Son avis, sa recomendation concerne quand même en une innovation quelque chose de jamais vu qui ferai jurisprudence alors en ce qui me concerne, j'attends le verdict plus ou moins sereinement.
___________________

Je ne pense pas que le juge rende son avis justement avant les 15 prochains jours ..
L'avis du rapporteur publique permet à Elisa et LMCU d'apporter les justificatifs nécessaires sans l'arrêt des travaux ...
Je ne vois pas pourquoi le juge s'opposerait à recevoir ces nouvelles infos surtout si elles répondent au problème posé par les Assos ..
Si tel était le cas , cela voudrait dire que le juge a partie pris et je ne crois pas qu'il est là pour cela ..


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 26 Jan 2011 15:40 
Hors ligne
Serial posteur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 13 Juin 2004 13:36
Messages: 2666
Localisation: Tourcoing
« Le Grand Stade sera très important pour la novation qu'il apporte »
mercredi 26.01.2011, 05:16 - La Voix du Nord

Pour Denis Valode, les stades sont devenus des emblèmes auxquels les métropoles s'identifient.
| INTERVIEW |

Voisine du Lutécia et du Bon Marché, dans les beaux quartiers parisiens, l'agence d'architectes Valode et Pistrea pignon sur rue. C'est à elle qu'Eiffage a confié la conception du Grand Stade, pour la plus grande fiertéde Denis Valode. Entretienavec un maître de l'art, salué dans le monde entier.

PAR LAURENT WATIEZ


metro@lavoixdunord.fr PHOTO ÉDOUARD BRIDE

> Parmi tous les projets déployés par votre agence à travers le monde, depuis 1980, on trouve des hôpitaux, des cinémas, des musées, des tours... mais aucun grand équipement sportif. Pourquoi avoir concouru pour celui de Lille ?

« Cela faisait un moment que nous voulions faire un stade. Nous étions finalistes pour le Stade de France, d'abord à Meulun-Senart puis à Saint-Denis. Nous avions alors ressenti une certaine frustration (sourire). D'une certaine manière, le Grand Stade de Lille est non une revanche, le mot serait peut-être trop fort, mais disons une satisfaction intense. » > Quelles sont les innovations architecturales et technologiques dont vous êtes le plus fier dans le Grand Stade de Lille Métropole ?

« Il y a plusieurs choses. D'abord le stade s'ouvre et se ferme, ce qui est inédit en France, même si c'est maintenant répandu aux États-Unis et un peu en Europe.

En revanche, la boîte à spectacles, elle, est unique au monde. C'est le stade qui se prolonge sous le sol. Dans le concours, le programme exprimait l'idée de la plus grande polyvalence. Jean Nouvel, pour le Stade de France, avait imaginé des gradins rétractables. Nous, nous avons soulevé la pelouse ! Nous proposons une variété de jauges et de spectacles qui apportent la réponse absolue à cette exigence de polyvalence. Autre chose : l'enveloppe du stade.

Elle est constituée de tubes striés qui jouent le rôle de cataphotes (système optique renvoyant la lumière). La nuit, quand on l'excite avec des éclairages, elle peut prendre toutes les couleurs. Cela non plus, ça n'existe pas ailleurs dans le monde. Et probablement pas dans notre galaxie ! » > Y a-t-il des idées que vous n'avez pas pu développer, faute de moyens ?

« Non, nous les avons toutes développées ! Faire de l'architecture, c'est avoir un rapport avec le réel. Nous sommes attachés à l'idée de faire. Il n'empêche que nous sommes allés plus loin que nos concurrents. Pourquoi avons-nous gagné ? Grâce à l'image, d'abord ! Le Grand Stade est capable de devenir un symbole de la métropole, identifiable aux yeux de tous. La flexibilité de l'objet, ensuite, a séduit sans aucun doute. Et enfin, la dimension économique. » > Aviez-vous l'ambition de créer un modèle planétaire de stade du XXIe siècle ?

« Aujourd'hui, nous sommes engagés sur d'autres concours pour des stades, à l'étranger, mais aussi à Bordeaux et pour la rénovation du Parc des Princes. Cela veut dire que pour nous, le XXIe siècle ne va pas s'arrêter à la construction de Lille, notre modèle original a capté l'attention. C'est vrai qu'à Gelsenkirchen, en Allemagne, la pelouse est également amovible, mais elle sort carrément de l'enceinte (Pour lui permettre de respirer). Nous aurions pu le faire, car il y avait de la place. Mais cela aurait handicapé l'avenir en immobilisant une surface très importante. Pour moi, cela a même été un péché urbain. » > Comprenez-vous les opposants qui jugent ce projet pharaonique, trop coûteux pour les finances publiques, et que leur répondez-vous ?

« Notre rôle, c'est de faire le plus avec le moins ! Le plus, nous l'avons démontré : avec toutes les fonctions, l'objet sera très efficace.

À nous de prouver que le rapport qualité-prix est extrêmement performant. Après, le choix de mobiliser des sommes importantes pour un stade, c'est un autre débat, politique. Disons simplement qu'avec ce stade, nous nous mettons au niveau européen. » > Comment passe-t-on du rêve, c'est-à-dire votre travail sur le papier, à la réalité d'un grand équipement comme celui-là ?

« Passer du rêve à la réalité, c'est une bonne définition du travail de l'architecte. Nous sommes en relation avec des ingénieurs, des programmistes, des spécialistes des différentes structures... Fondamentalement, un vrai architecte imagine que tout ce qu'il dessine pourra être fabriqué.

Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas des études considérables comme pour le toit, la pelouse, l'enveloppe... C'est un peu comme quand on envoie une navette sur la Lune, tout est prévu. » > Y a-t-il un risque que l'objet abouti ne corresponde pas exactement à votre projet ?

« L'objet existe déjà, puisque les plans sont faits ! Après, comme dans toute activité humaine, il peut y avoir un bug. Mais tout est mis en oeuvre pour que cela n'arrive pas. Et je ne vois pas ce qui pourrait se passer. En trente-cinq ans, nous n'avons eu aucun gros pépin... » > L'architecte expérimenté que vous êtes est-il encore capable de s'émerveiller devant les prouesses du chantier ?

« Je ne vous cache pas que si nous avons déjà réalisé des projets très importants, jamais nous n'avions inclus des poutres de 200 mètres ! Par comparaison, celles de la Porte de Versailles, l'un de nos chantiers, ne font que 100 mètres. Alors, oui, nous sommes émerveillés. J'attends avec impatience le moment où l'on va lever la toiture (plus lourde à elle seule que la Tour Eiffel). Cela dit, ce n'est pas forcément la taille qui suscite l'émerveillement, l'émotion peut naître de mille choses. » > Parmi tous les projets déjà réalisés par votre agence, quelle place occupe celui de Lille ?

« Nous en sommes très fiers. Le Grand Stade sera très important pour la novation qu'il apporte. Le football est très populaire, du coup, cela rejaillit sur notre travail. Disons que ce projet, ce n'est pas le plus haut, ce n'est pas le plus cher, ce n'est pas le plus grand, mais c'est le plus connu ! » •


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 26 Jan 2011 16:03 
Hors ligne
Extra VIP
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 14 Déc 2004 00:36
Messages: 7985
playolive a écrit:
« Le Grand Stade sera très important pour la novation qu'il apporte »
mercredi 26.01.2011, 05:16 - La Voix du Nord

Pour Denis Valode, les stades sont devenus des emblèmes auxquels les métropoles s'identifient.
| INTERVIEW |

Voisine du Lutécia et du Bon Marché, dans les beaux quartiers parisiens, l'agence d'architectes Valode et Pistrea pignon sur rue. C'est à elle qu'Eiffage a confié la conception du Grand Stade, pour la plus grande fiertéde Denis Valode. Entretienavec un maître de l'art, salué dans le monde entier.

PAR LAURENT WATIEZ


metro@lavoixdunord.fr PHOTO ÉDOUARD BRIDE

> Parmi tous les projets déployés par votre agence à travers le monde, depuis 1980, on trouve des hôpitaux, des cinémas, des musées, des tours... mais aucun grand équipement sportif. Pourquoi avoir concouru pour celui de Lille ?

« Cela faisait un moment que nous voulions faire un stade. Nous étions finalistes pour le Stade de France, d'abord à Meulun-Senart puis à Saint-Denis. Nous avions alors ressenti une certaine frustration (sourire). D'une certaine manière, le Grand Stade de Lille est non une revanche, le mot serait peut-être trop fort, mais disons une satisfaction intense. » > Quelles sont les innovations architecturales et technologiques dont vous êtes le plus fier dans le Grand Stade de Lille Métropole ?

« Il y a plusieurs choses. D'abord le stade s'ouvre et se ferme, ce qui est inédit en France, même si c'est maintenant répandu aux États-Unis et un peu en Europe.

En revanche, la boîte à spectacles, elle, est unique au monde. C'est le stade qui se prolonge sous le sol. Dans le concours, le programme exprimait l'idée de la plus grande polyvalence. Jean Nouvel, pour le Stade de France, avait imaginé des gradins rétractables. Nous, nous avons soulevé la pelouse ! Nous proposons une variété de jauges et de spectacles qui apportent la réponse absolue à cette exigence de polyvalence. Autre chose : l'enveloppe du stade.

Elle est constituée de tubes striés qui jouent le rôle de cataphotes (système optique renvoyant la lumière). La nuit, quand on l'excite avec des éclairages, elle peut prendre toutes les couleurs
. Cela non plus, ça n'existe pas ailleurs dans le monde. Et probablement pas dans notre galaxie ! » > Y a-t-il des idées que vous n'avez pas pu développer, faute de moyens ?

« Non, nous les avons toutes développées ! Faire de l'architecture, c'est avoir un rapport avec le réel. Nous sommes attachés à l'idée de faire. Il n'empêche que nous sommes allés plus loin que nos concurrents. Pourquoi avons-nous gagné ? Grâce à l'image, d'abord ! Le Grand Stade est capable de devenir un symbole de la métropole, identifiable aux yeux de tous. La flexibilité de l'objet, ensuite, a séduit sans aucun doute. Et enfin, la dimension économique. » > Aviez-vous l'ambition de créer un modèle planétaire de stade du XXIe siècle ?

« Aujourd'hui, nous sommes engagés sur d'autres concours pour des stades, à l'étranger, mais aussi à Bordeaux et pour la rénovation du Parc des Princes. Cela veut dire que pour nous, le XXIe siècle ne va pas s'arrêter à la construction de Lille, notre modèle original a capté l'attention. C'est vrai qu'à Gelsenkirchen, en Allemagne, la pelouse est également amovible, mais elle sort carrément de l'enceinte (Pour lui permettre de respirer). Nous aurions pu le faire, car il y avait de la place. Mais cela aurait handicapé l'avenir en immobilisant une surface très importante. Pour moi, cela a même été un péché urbain. » > Comprenez-vous les opposants qui jugent ce projet pharaonique, trop coûteux pour les finances publiques, et que leur répondez-vous ?

« Notre rôle, c'est de faire le plus avec le moins ! Le plus, nous l'avons démontré : avec toutes les fonctions, l'objet sera très efficace.

À nous de prouver que le rapport qualité-prix est extrêmement performant. Après, le choix de mobiliser des sommes importantes pour un stade, c'est un autre débat, politique. Disons simplement qu'avec ce stade, nous nous mettons au niveau européen. » > Comment passe-t-on du rêve, c'est-à-dire votre travail sur le papier, à la réalité d'un grand équipement comme celui-là ?

« Passer du rêve à la réalité, c'est une bonne définition du travail de l'architecte. Nous sommes en relation avec des ingénieurs, des programmistes, des spécialistes des différentes structures... Fondamentalement, un vrai architecte imagine que tout ce qu'il dessine pourra être fabriqué.

Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas des études considérables comme pour le toit, la pelouse, l'enveloppe... C'est un peu comme quand on envoie une navette sur la Lune, tout est prévu. » > Y a-t-il un risque que l'objet abouti ne corresponde pas exactement à votre projet ?

« L'objet existe déjà, puisque les plans sont faits ! Après, comme dans toute activité humaine, il peut y avoir un bug. Mais tout est mis en oeuvre pour que cela n'arrive pas. Et je ne vois pas ce qui pourrait se passer. En trente-cinq ans, nous n'avons eu aucun gros pépin... » > L'architecte expérimenté que vous êtes est-il encore capable de s'émerveiller devant les prouesses du chantier ?

« Je ne vous cache pas que si nous avons déjà réalisé des projets très importants, jamais nous n'avions inclus des poutres de 200 mètres ! Par comparaison, celles de la Porte de Versailles, l'un de nos chantiers, ne font que 100 mètres. Alors, oui, nous sommes émerveillés. J'attends avec impatience le moment où l'on va lever la toiture (plus lourde à elle seule que la Tour Eiffel). Cela dit, ce n'est pas forcément la taille qui suscite l'émerveillement, l'émotion peut naître de mille choses. » > Parmi tous les projets déjà réalisés par votre agence, quelle place occupe celui de Lille ?

« Nous en sommes très fiers. Le Grand Stade sera très important pour la novation qu'il apporte. Le football est très populaire, du coup, cela rejaillit sur notre travail. Disons que ce projet, ce n'est pas le plus haut, ce n'est pas le plus cher, ce n'est pas le plus grand, mais c'est le plus connu ! » •


Ca, çà n'était pas prévu à la base il me semble ... super bonne nouvelle !!!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 27 Jan 2011 20:18 
Hors ligne
Serial posteur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 13 Juin 2004 13:36
Messages: 2666
Localisation: Tourcoing
Je mets l'article ici, car c'est ici que tous les articles concernant le gs sont mis :


Le tribunal administratif de Lille a rendu ce jeudi 27 janvier sa décision dans le dossier opposant l'association Les 2Sous du Grand Stade à la société Elisa, mandatée par Eiffage pour mener le chantier. Si «deux vices de procédures» ont été relevés, le tribunal a jugé que «l'annulation immédiate du permis de construire aurait des conséquences manifestement excessives».

L'affaire avait été soulevée par l'association Les 2Sous du Grand Stade. Les juges du tribunal administratif de Lille s'était penché sur le dossier présenté par les opposants au chantier lors de l'audience du 14 janvier dernier. A cette occasion, le rapporteur de la République avait déjà préconisé des « modification à la marge » du permis de construire, plutôt que son annulation.


Dans la motivation de sa décision, le tribunal administratif a suivi ces conclusions, dans les grandes lignes. Soulignant que « la plupart des moyens (arguments, ndlr) présentés par les requérants (Les 2Sous du Grand Stade, ndlr) au soutien de leur demande d'annulation du permis de construire » avaient été écartés, le tribunal a cependant « constaté que ce permis était entaché de deux vices de procédure ». L'étude de désenfumage n'avait pas été validée, et il y avait également un problème dans la composition de la commission d'accessibilité pour les handicapés.

Mais, plutôt que d'annuler purement et simplement le permis de construire, ce qui aurait eu des « conséquences manifestement excessives » à ce stade de l'avancement des travaux, le tribunal a décidé de repousser sa décision d'annulation du permis de « afin de permettre à la société Elisa, si elle le juge utile, de présenter une demande de permis de construire modificatif de nature à régulariser la décision attaquée ». Elisa a quatre mois pour proposer ce permis modifié aux maires de Villeneuve d'Ascq et de Lezennes.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 27 Jan 2011 20:24 
Hors ligne
Fan
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 12 Juin 2004 15:55
Messages: 527
playolive a écrit:
Je mets l'article ici, car c'est ici que tous les articles concernant le gs sont mis :


Le tribunal administratif de Lille a rendu ce jeudi 27 janvier sa décision dans le dossier opposant l'association Les 2Sous du Grand Stade à la société Elisa, mandatée par Eiffage pour mener le chantier. Si «deux vices de procédures» ont été relevés, le tribunal a jugé que «l'annulation immédiate du permis de construire aurait des conséquences manifestement excessives».

L'affaire avait été soulevée par l'association Les 2Sous du Grand Stade. Les juges du tribunal administratif de Lille s'était penché sur le dossier présenté par les opposants au chantier lors de l'audience du 14 janvier dernier. A cette occasion, le rapporteur de la République avait déjà préconisé des « modification à la marge » du permis de construire, plutôt que son annulation.


Dans la motivation de sa décision, le tribunal administratif a suivi ces conclusions, dans les grandes lignes. Soulignant que « la plupart des moyens (arguments, ndlr) présentés par les requérants (Les 2Sous du Grand Stade, ndlr) au soutien de leur demande d'annulation du permis de construire » avaient été écartés, le tribunal a cependant « constaté que ce permis était entaché de deux vices de procédure ». L'étude de désenfumage n'avait pas été validée, et il y avait également un problème dans la composition de la commission d'accessibilité pour les handicapés.

Mais, plutôt que d'annuler purement et simplement le permis de construire, ce qui aurait eu des « conséquences manifestement excessives » à ce stade de l'avancement des travaux, le tribunal a décidé de repousser sa décision d'annulation du permis de « afin de permettre à la société Elisa, si elle le juge utile, de présenter une demande de permis de construire modificatif de nature à régulariser la décision attaquée ». Elisa a quatre mois pour proposer ce permis modifié aux maires de Villeneuve d'Ascq et de Lezennes.


Bonne Nouvelle qui me rassure plus qu'elle ne me surprend ...
Petit à petit , l'oiseau fait son nid ...
Ou devrais je plutôt dire , les Ouvriers construisent notre stade ... losc-5ec :losc:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 27 Jan 2011 22:12 
Hors ligne
posteur fou
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 11 Aoû 2004 15:32
Messages: 1781
Ci après l'article provenant du site du tribunal administratif de Lille :

Grand stade de LilleSaisi notamment par l’ASSOCIATION “LES 2SOUS DU GRAND STADE”, le Tribunal administratif de Lille a examiné, lors de son audience du 14 janvier 2011, la légalité du permis de construire du “Grand Stade Lille métropole” délivré le 17 décembre 2009 par les maires de Lezennes et de Villeneuve d’Ascq à la société Elisa. La décision a été rendue ce jeudi 27 janvier 2011.Le Tribunal a écarté la plupart des moyens présentés par les requérants au soutien de leur demande d’annulation du permis de construire.
En revanche, il a constaté que ce permis était entaché de deux vices de procédure tenant, d’une part, au fait que l’étude de désenfumage du stade n’avait pas été soumise à la commission de sécurité, et d’autre part, à la composition irrégulière de la commission d’accessibilité pour les personnes handicapées.
Toutefois, estimant que l’annulation immédiate du permis de construire aurait des conséquences manifestement excessives, compte tenu, d’une part, de l’intérêt général qui s’attache à la réalisation du “Grand Stade” dans les meilleurs délais et, d’autre part, de la portée limitée de ces deux vices de procédure, le Tribunal a décidé de surseoir à statuer sur la requête afin de permettre à la société Elisa, si elle le juge utile, de présenter une demande de permis de construire modificatif de nature à régulariser la décision attaquée, et aux maires de Lezennes et de Villeneuve-d’Ascq, le cas échéant, de le lui délivrer.
Un délai de quatre mois est accordé à la société Elisa pour produire ce permis modificatif au Tribunal.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 28 Jan 2011 00:59 
Hors ligne
Fan
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 17 Juin 2007 18:20
Messages: 852
Bon bah tout roule alors :mrgreen: !
Ils vont faire le permis modificatif et hop, l'affaire est joué :losc:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 28 Jan 2011 14:21 
Hors ligne
Serial posteur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 13 Juin 2004 13:36
Messages: 2666
Localisation: Tourcoing
article NE :


VILLENEUVE D ASCQ / GRAND STADE
Le permis de construire doit effectivement être modifié
Publié le vendredi 28 janvier 2011 à 06h00


Le tribunal administratif de Lille a suivi hier l'avis du rapporteur de la République rendu mi-janvier : pour cause de vices de procédure, le permis de construire devra être modifié dans les quatre mois. Le chantier du Grand Stade peut se poursuivre.



Cette décision n'est pas franchement une surprise. Suite au recours déposé par « Les 2Sous du Stade », le rapporteur n'avait relevé que deux irrégularités liées à des vices de procédure. La première concerne l'étude de désenfumage du stade qui n'a pas été soumise à la commission de sécurité. La seconde porte sur la composition irrégulière de la commission d'accessibilité pour les personnes handicapées.
Deux points « de portée limitée » selon le tribunal administratif, qui, d'une part, n'entraînent pas l'annulation immédiate du permis de construire, et qui, d'autre part, nécessitent la présentation d'un permis de construire modificatif. À charge donc pour la société Elisa d'obtenir, sous 4 mois, ce permis auprès des municipalités de Villeneuve d'Ascq et de Lezennes.



Ce qui, du côté villeneuvois, se semble guère constituer un obstacle. « Nous produirons un permis de construire modificatif, a annoncé hier Gérard Caudron, maire de Villeneuve d'Ascq. D'autant plus qu'il ne s'agit que de modifications mineures. » Les services d'urbanisme villeneuvois et lezennois, appuyés par la communauté urbaine, travailleront de concert dans les prochaines semaines afin de régulariser l'acte.
Quant aux arguments du tribunal administratif de Lille, rejetant l'annulation du permis de construire, ils seront certainement appréciés par les autres porteurs de recours envers le Grand Stade. Surtout celui ayant trait à « l'intérêt général qui s'attache à la réalisation du Grand Stade dans les meilleurs délais ».
L'association NEC (Nord Écologie Conseil) rappelle pour sa part que « rien n'obligeait Eiffage à engager si vite les travaux, le PPP (partenariat public-privé) stipulant que la société débute les travaux à compter de l'obtention du ou des permis de construire purgé(s) du recours des tiers (article 8-2 du PPP) ».w
MARIG DOUCY


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 30 Jan 2011 10:20 
Hors ligne
Entraineur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 14 Juin 2004 19:06
Messages: 23741
Citation:
« rien n'obligeait Eiffage à engager si vite les travaux, le PPP (partenariat public-privé) stipulant que la société débute les travaux à compter de l'obtention du ou des permis de construire purgé(s) du recours des tiers (article 8-2 du PPP) ».


Peut être qu'Eiffage avait envie de gagner de l'argent le plus rapidement possible? Est ce qu'ils sont vraiment idiots ou juste de mauvaise foi?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 30 Jan 2011 22:56 
Hors ligne
Intéressé

Inscription: 18 Nov 2006 00:27
Messages: 151
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Vill ... ice-.shtml

Les Verts, le Grand Stade et la justice : « Scandaleux, honteux : on nous enfume ! »
dimanche 30.01.2011, 05:23 - La Voix du Nord
| RÉACTION |
Pierre-Jocelyn Huyghe, animateur du groupe Europe Écologie - les Verts des Catiches, a réagi à la décision du tribunal administratif de Lille concernant le recours sur le permis de construire du Grand Stade : « Elle est scandaleuse et dangereuse, montrant les limites de (la justice) lorsque cela touche de très près à l'économie, privilégiant clairement les intérêts privés au détriment de ceux des citoyens. » L'élu villeneuvois rappelle que « le rapporteur public, en proposant le sursis à statuer, avait précisé qu'il s'agirait d'une "entorse à l'enchaînement classique de l'excès de pouvoir : illégalité-annulation. Qu'à cela ne tienne : c'est le scénario que le tribunal a retenu, après quinze jours de cogitation. »
« Erreur collective »
Pierre-Jocelyn Huyghe estime en outre qu'un « scandale peut en cacher un autre : l'absence de volonté de stopper les travaux est inadmissible, la justice renforce l'erreur collective. En refusant de prendre au sérieux le référé déposé par l'association des 2sous du Stade, il y a un an, elle n'a pas eu le courage de décider. Aujourd'hui elle donne un délai de quatre mois pour que l'entreprise Eiffage dépose un permis modificatif alors que le permis est entaché d'irrégularité.
Si les insuffisances, les aménagements non conformes portaient sur des détails techniques cela serait moins grave mais, ici, c'est la sécurité du public qui est en jeu. Si dans l'ouvrage proposé par Eiffage, il y a des défis techniques relevés, c'est très bien. Mais lorsque ces défis ne sont relevés que sur le papier et que la sécurité des personnes est en jeu, c'est purement scandaleux. » Pour les écologistes, « on peut comprendre que l'on arrive à "enfumer" les décideurs politiques en leur garantissant la lune, notamment concernant les nuisances sonores pour les environs, sur l'impact économique et financier, c'est une chose. Mais pour ce qui est de l'étude d'ingénierie du désenfumage, c'est purement inadmissible.
Que penser, alors, de l'impact sur la nappe phréatique de l'utilisation de cendres volantes, que nous avions été les premiers à dénoncer (une expertise d'un seul hydrogéologue) ?
En ne prenant pas au sérieux le référé, en étant trop laxiste avec une entreprise, il y a fort à parier que le défi de déposer un permis de construire modificatif ne sera pas relevé dans ce délai aussi court ou au prix d'un coût exorbitant pour chaque citoyen. Alors aura-t-on une future friche dans quatre mois ?
« Arrêt des travaux »
Ce besoin d'un projet grandiose, rappelle la fable de La Fontaine La Grenouille et le Boeuf. Nous continuons à soutenir qu'il fallait un stade à la jauge plus raisonnable, moins coûteux... Nous interpellons d'ores et déjà la présidente de Lille Métropole pour exiger de la société Eiffage l'arrêt des travaux en attendant une réponse satisfaisante à ce point crucial qu'est la mise en péril du public de la boîte à spectacle en cas d'incendie.
Nous tenons à réaffirmer notre soutien entier à l'association des 2sous du Grand Stade, sans qui la parole citoyenne ne serait pas du tout prise en compte.
Cette décision confirme que le travail bénévole et citoyen est un acte important pour notre démocratie et que le réduire à un simple gadget est coûteux pour la collectivité. » Reste que, malgré ces positions tranchées, les élus écologistes ne semblent pas prêts à quitter les majorités municipale ou métropolitaine qui accompagnent ou pilotent la construction du Grand Stade. • F. B.





Ils ont quand même un art pour déformer les décisions de justice par ce qu'il y a une différence entre: "Si les insuffisances, les aménagements non conformes portaient sur des détails techniques cela serait moins grave mais, ici, c'est la sécurité du public qui est en jeu. Si dans l'ouvrage proposé par Eiffage, il y a des défis techniques relevés, c'est très bien. Mais lorsque ces défis ne sont relevés que sur le papier et que la sécurité des personnes est en jeu, c'est purement scandaleux. »

Et : "En revanche, il a constaté que ce permis était entaché de deux vices de procédure tenant, d’une part, au fait que l’étude de désenfumage du stade n’avait pas été soumise à la commission de sécurité"

En gros ils prétendent qu'il n'y a pas de système de désenfumage alors que le TA de Lille relève seulement l'absence de soumission de l'étude à la commission de sécurité !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 30 Jan 2011 23:32 
Hors ligne
Intéressé

Inscription: 18 Nov 2006 00:27
Messages: 151
le communiqué des 2 saouls:



Communiqué de Presse du 27 janvier 2011.
L'association « Les 2sous du Grand Stade » a déposé en février un recours contre le permis de construire.
Nous venons de prendre connaissance du premier jugement.
Ce jugement relève plusieurs irrégularités dans l'attribution du permis, confirmant ainsi que nous étions parfaitement fondés dans notre démarche. La société Elisa (Eiffage) va devoir déposer et tenter d'obtenir un permis modificatif sous 4 mois.
Le tribunal a relevé plusieurs manquements concernant l'étude d'impact, en particulier son volet acoustique. Il considère cependant que, si insuffisance il y a, cela n'entache pas la procédure d'une « irrégularité substantielle ».
Deux motifs sont considérés par le tribunal comme suffisants pour annuler le permis de construire.
1. la commission contre les risques d'incendie a émis un avis favorable sans avoir connaissance de l'étude de désenfumage pourtant obligatoire.
2. la commission d'accessibilité a émis un avis en l'absence du maire de Lezennes.
Le premier motif est particulièrement grave et signifie qu'une commission de sécurité a accepté de donner un avis favorable au permis de construire sans disposer d'une étude cruciale pour la sécurité des usagers.
Le désenfumage est l'un des points techniques les plus délicats du projet et constitue un défi qu'Elsa semble ne pas avoir encore su relever.
Le tribunal n'a toutefois pas souhaité l'arrêt des travaux. Il s'est ainsi prononcé pour un sursis à statuer dans l'attente du dépôt d'un permis de construire modificatif. Cette procédure qualifiée d' « entorse juridictionnelle » par le rapporteur public est sans précédent en ce qui concerne les permis de construire. Eiffage dispose de 4 mois pour obtenir un permis de construire modificatif.
Notre association s'étonne de cette procédure tout à fait exceptionnelle, qui laisse se prolonger un permis entaché d'irrégularités alors même que des ces irrégularités concernent la sécurité des personnes.
Elle estime que, en minimisant les insuffisances pourtant avérées de l'étude d'impact, on a fait passer au second plan la santé et la sécurité des riverains et des usagers de l'édifice.
Même si la décision constate l'irrégularité du permis, ce qui était l'objet de notre recours, nous étudierons avec notre Conseil l'éventualité d'un appel pour faire valoir ceux des motifs qui n'ont pas été retenus.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 04 Fév 2011 13:21 
Hors ligne
VIP
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 11 Jan 2010 20:33
Messages: 4156
Localisation: SNLM Tribune Sud, 25, K
Mais qu'ils nous laissent crever dans la fumée du GS et aillent se torcher avec des silex...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 05 Fév 2011 16:52 
Hors ligne
Fan
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 17 Juin 2007 18:20
Messages: 852
Ils me font marrer les opposants...
Sur le dossier du désenfumage, non mais franchement, il n'y aucun intérêts pour Eiffage de ne pas être conforme aux règles de sécurité !
Si jamais il y a un problème un jour (incendie ou autre) ça va retomber sur Eiffage directement, aussi bien au niveau de son image (personne ne leur confiera des chantiers aussi important à l'avenir) et il ne faut pas oublier que la LMCU paye un loyer ! Donc si le stade crame, ils ne recevront plus aucun loyer de la part de la LMCU ! Sans compter les coûts engendrer pour rénover le stade en cas de gros incendie ! De plus, aucun spectateur ne voudra remettre les pieds au stade !

Bref, si Eiffage se plante au niveau sécuritaire, ils peuvent perdre des centaines de millions d'euros !!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 10 Fév 2011 13:12 
Hors ligne
Administrateurs

Inscription: 16 Déc 2007 11:01
Messages: 12306
Grand Stade : hôtels, logements, restaurants, remise en forme, l'exploitation démarre !

jeudi 10.02.2011, 05:18 - PAR LAURENT WATIEZ


Image
La dizaine de restaurants sera située en façade du boulevard de Tournai, près du Grand Stade de Lille. La dizaine de restaurants sera située en façade du boulevard de Tournai, près du Grand Stade de Lille.
| GRAND STADE |

Le Grand Stade tient ses délais de livraison fixés à juillet 2012. Simultanément à la maîtrise d'ouvrage, Elisa, la filiale d'Eiffage chargée de la construction, entre dans la phase de pré-exploitation. Tous les futurs occupants du site ont signé, ou sont à la veille de le faire. Revue d'effectifs...



À côté du stade de 50 000 places, sur le site même de la Borne de l'espoir, un ensemble immobilier est en cours de construction depuis fin 2010. Après le terrassement et les fondations, les ouvriers attaquent les murs, pour une remise des clés aux occupants prévue à l'automne 2012. Dessiné par les mêmes architectes, le bâtiment accueillera, sur 18 000 m², tous les « espaces annexes » inclus dans le programme. Un parking de 350 places en sous-sol complète le dispositif.


> Deux hôtels. La chaîne Park Inn, propriété du groupe belge Rézidor, vient de confirmer son engagement dans le projet, avec un hôtel de 127 chambres de catégorie trois étoiles. La seconde structure de 99 chambres, classée en deux étoiles, sera exploitée par B&B Hôtels, déjà présent tout à côté, à Lezennes.

> Une résidence de 171 logements. Confiée à la SERGIC, la partie habitat se divise en 135 studios destinés plutôt à des étudiants et 36 F1 bis réservés à la clientèle de passage, spectateurs, hommes d'affaires ou participants aux colloques et séminaires.

> Un pôle de santé et de remise en forme. Un espace dédié au bien-être et au suivi médico-sportif s'imposait. Il sera géré par la Générale de Santé.

> Une dizaine de restaurants. Eux aussi seront situés dans l'ensemble immobilier à côté du stade, tous au rez-de-chaussée, en façade du boulevard de Tournai (notre visuel). Combien seront-ils ? « Dix ou douze, le nombre définitif n'est pas arrêté », concède Bertrand d'Hérouville, le discret président d'Elisa. Impossible de lui faire citer les noms des enseignes de restauration en contact avec lui. « Je concrétise les choses les unes après les autres. Les gens avec qui j'ai signé pour les hôtels auront un impact sur la construction des bâtiments. Les restaurants aménageront ensuite leurs cellules comme ils le souhaitent. »

En janvier, lors des voeux de Michelle Demessine, vice-présidente à LMCU, au monde sportif réuni au pavillon du Grand Stade, le patron d'Elisa avait révélé que huit dossiers étaient « bien avancés ». En fait, selon certains candidats potentiels, ils seraient déjà quasiment finalisés, mais Bertrand d'Hérouville se donne jusqu'à l'été, au moins, avant d'en faire la communication officielle. Les heureux élus prendront peut-être les devants, comme l'a fait Park Inn la semaine dernière.

> Pas de commerces dans le stade. En dehors de la boutique du LOSC, aucune enseigne n'aura droit de cité dans l'enceinte. Pas de commerces mais « des espaces réceptifs qui fonctionneront sur le mode traiteur », complète Bertrand d'Hérouville. Les loges et « business sites » pourront, eux, être prolongés par des salons modulables. De quoi assurer l'utilisation de l'outil, environ quatre-vingts fois par an, en complément des vingt-cinq journées dévolues au LOSC et des quinze spectacles sportifs ou culturels (dont deux ou trois en configuration 50 000 places) prévus dans le plan d'exploitation. •


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: GS: L'histoire se joue maintenant
MessagePosté: 23 Fév 2011 11:17 
Hors ligne
posteur fou
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 11 Aoû 2004 15:32
Messages: 1781
M-17

Est ce que quelqu'un à des échos sur le permis modificatif ?


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages précédents:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1359 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82 ... 91  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d'été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Liens commerciaux
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com & phpBB.biz