[Accueil Allezlelosc] [Chat]
il y a

Venez suivre le Bistrot d'Allezlelosc le mardi soir ainsi que les matchs entre supporters sur notre chaine Twitch https://www.twitch.tv/allddn

Forum des supporters du LOSC

Forum des supporters du LOSC
Liens commerciaux
Nous sommes le 16 Mai 2021 04:31


Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d'été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5683 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 370, 371, 372, 373, 374, 375, 376 ... 379  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 20 Avr 2021 22:34 
Hors ligne
posteur fou
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 29 Aoû 2014 13:59
Messages: 1481
reservoirdogue a écrit:


pauvre type. Continue à ne regarder que tes sites "d'infos" à 2 balles, mais vient pas les propager ici hjzpt

https://www.stwalburg.org/

Citation:
Information about St. Walburg Monastery’s experience with COVID-19

There is inaccurate information circulating regarding our community’s outbreak with COVID-19. We have received requests to clarify on our website what actually occurred.

January 25 – One sister had Covid-19 test
January 26 – All 35 sisters and eligible employees received first vaccine
January 27 – The sister tested on 1/25 was positive
January 28 – Sisters and 20 employees were tested; 25 sisters and two employees tested positive for the virus. Later 3 more sisters tested positive. No more employees tested positive.
3 – Two sisters died of complications from Covid-19. Both were well into their 90s and had other significant health problems.
Feb 10 – One hospitalized sister died of complications from Covid-19. She had underlying health issues.
Seven sisters who received the vaccine continued to test negative three times over a period of two weeks following receiving the vaccine. They have since received the second dose with no negative effects.

Hindsight indicates Covid-19 was already present in the community at the time we received the vaccine. Several had complaints of sinus problems, coughing and minor gastro-intestinal symptoms. Because no one had the more common symptoms associated with Covid-19; fever, sore throat or complained of loss of smell and taste we did not know virus was present. The vaccine, therefore, is not seen as the cause. Throughout this process we have worked closely with the medical community. They have been extremely helpful. We are looking forward to our date in May when we are eligible to receive the second dose of the vaccine.

Sister Aileen Bankemper, OSB

Prioress of St. Walburg Monastery


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 21 Avr 2021 21:29 
Hors ligne
Serial posteur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 02 Juin 2012 19:26
Messages: 2130
reservoirdogue a écrit:
rico a écrit:
L'absence de surmortalité chez les jeunes s'explique facilement par le fait que les mesures prises limitent les comportements à risques autre qui créaient de la mortalité. L'exemple de la chute de la mortalité routière (forte chez les jeunes) est là pour le montrer, et il n'y a pas que cela.
On a dépassé les 100 000 morts, continuer à parler de gripette, d'absence de risque était déjà stupide il y a un an, est pour moi criminel maintenant.



s'il vous reste une capacité à écouter autre chose que ce qui renforce vos croyances, prenez 15 minutes pour cette vidéo.

https://www.youtube.com/watch?v=UKpOOtnCnCQ



Celui là prend que 2 minutes : https://www.arte.tv/fr/videos/101055-00 ... -desintox/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 21 Avr 2021 22:08 
Hors ligne
posteur fou

Inscription: 06 Juil 2006 14:18
Messages: 1808
~°O°~ a écrit:

On nous aurait menti? {Sango}


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 22 Avr 2021 08:51 
Hors ligne
Entraineur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 18 Juil 2007 17:28
Messages: 13387
Localisation: Montpellier
reservoirdogue a écrit:
rico a écrit:
L'absence de surmortalité chez les jeunes s'explique facilement par le fait que les mesures prises limitent les comportements à risques autre qui créaient de la mortalité. L'exemple de la chute de la mortalité routière (forte chez les jeunes) est là pour le montrer, et il n'y a pas que cela.
On a dépassé les 100 000 morts, continuer à parler de gripette, d'absence de risque était déjà stupide il y a un an, est pour moi criminel maintenant.



s'il vous reste une capacité à écouter autre chose que ce qui renforce vos croyances, prenez 15 minutes pour cette vidéo.

https://www.youtube.com/watch?v=UKpOOtnCnCQ


La science n'est pas une croyance mais le complotisme oui


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 22 Avr 2021 12:01 
Hors ligne
posteur fou

Inscription: 06 Juil 2006 14:18
Messages: 1808
LapinMagique a écrit:
La science n'est pas une croyance mais le complotisme oui

Attention! Il existe des sciences occultes. :lol:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 22 Avr 2021 14:08 
Hors ligne
jojodogues le floodeur

Inscription: 16 Aoû 2004 18:16
Messages: 30885
Et des merdes occultes. Mais ça c'est quand on raconte trop de conneries.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 22 Avr 2021 21:42 
Hors ligne
Entraineur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 26 Jan 2009 00:15
Messages: 11261
Localisation: mobile
comme manifestement personne n'a regardé la vidéo et que chacun préfère s'en tenir à ses croyances éclairées, j'en extrais juste une image.


Image


ces données sont issues de l'INSEE et donc, sauf à considérer l'INSEE comme un bastion de complotistes, au-dessus de tout soupçon.

elles démontrent que pour toutes les tranches d'âge inférieures à 65 ans, on est moins mort en France qu'en 2019.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 23 Avr 2021 00:14 
Hors ligne
Entraineur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 26 Jan 2009 00:15
Messages: 11261
Localisation: mobile
reservoirdogue a écrit:
on va encore dire que je ne sélectionne que les infos qui vont "dans mon sens", ce qui est globalement vrai.
quand elles sont mesurées par des spécialistes observant les infections respiratoires aigües (IRA) de la même façon depuis 25 ans, elles sont incontournables.

extrait :

de janvier à mi-mars 2020, 60% des IRA sont des grippes et non des Covid-19
de mi-mars à décembre 2020, seules 16% des IRA sont des Covid-19
de janvier à mars 2021, seules 11% des IRA sont des Covid-19


Image



je ne savais pas que le Conseil Scientifique à sa mise en place avait prévu de s'appuyer sur les données du réseau Sentinelles.
pour finalement ne jamais les utiliser par la suite, si on est complotiste on comprend bien pourquoi.

https://www.youtube.com/watch?v=Bib13o9cxPY


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 23 Avr 2021 10:19 
Hors ligne
posteur fou

Inscription: 06 Juil 2006 14:18
Messages: 1808
Résoudre la pandémie par des graphiques plutôt que par des vaccins doit sûrement être plus efficace. Comment se fait-il que si peu de gens y aient pensé?
PS: n'oublie pas la journée nationale dimanche!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 23 Avr 2021 12:17 
Hors ligne
Serial posteur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 02 Juin 2012 19:26
Messages: 2130
reservoirdogue a écrit:
comme manifestement personne n'a regardé la vidéo et que chacun préfère s'en tenir à ses croyances éclairées, j'en extrais juste une image.


Image


ces données sont issues de l'INSEE et donc, sauf à considérer l'INSEE comme un bastion de complotistes, au-dessus de tout soupçon.

elles démontrent que pour toutes les tranches d'âge inférieures à 65 ans, on est moins mort en France qu'en 2019.


J'ai regardé la vidéo. Tu as regardé celle qui prend 2 minutes ?
Petite remarque utile : il y a peut-être moins de mort grâce au confinement et aux mesures barrières, non ? Merci l'insee de confirmer que ces mesures ont été utiles.
As tu compris que le problème principal du virus n'est pas la mortalité, mais le risque de saturation de l'hôpital ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 23 Avr 2021 13:39 
Hors ligne
Entraineur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 26 Jan 2009 00:15
Messages: 11261
Localisation: mobile
~°O°~ a écrit:

J'ai regardé la vidéo. Tu as regardé celle qui prend 2 minutes ?
Petite remarque utile : il y a peut-être moins de mort grâce au confinement et aux mesures barrières, non ? Merci l'insee de confirmer que ces mesures ont été utiles.
As tu compris que le problème principal du virus n'est pas la mortalité, mais le risque de saturation de l'hôpital ?


le risque de saturation de l'hôpital ne date pas d'aujourd'hui, on y a droit tous les hivers depuis une dizaine d'années,
pour une raison simple à comprendre : la population vieillit et les capacités hospitalières diminuent.

la stratégie proposée par le conseil scientifique ne pouvait l'ignorer, elle a pourtant tout misé sur l'hôpital dès le premier jour,
en demandant aux médecins de prescrire du doliprane, de dire aux patients de rester chez eux et d'appeler le SAMU si ça empire, pour aller direction l'hôpital.
une stratégie qu'on peut comprendre dans le moment de l'urgence,
mais qui ne tient plus dès mai 2020 quand le gouvernement s'appuie sur le rapport bidonné du Lancet pour barrer la route aux traitements,
alors même que les auteurs dudit rapport se sont rétractés quelques jours après la parution, sans que le gouvernement n'infléchisse sa décision.

on voit depuis à l'oeuvre une stratégie européenne (avec l'appui de l'OMS) d'entrave systématique aux soins.
la première victime a été l'hydroxychloroquine (Lancet), puis l'ivermectine (directive de l'agence européenne),
et tant d'autres comme ce produit identifié par l'institut Pasteur de Lille qui attend depuis octobre l'autorisation gouvernementale de faire des essais cliniques.

plus le temps passe et plus les raisons de cette stratégie (selon moi hallucinante) d'abandon de soins apparaissent au grand jour :
aucun vaccin n'a une autorisation de mise sur le marché définitive, elles sont toutes provisoires et conditionnelles.
parmi les conditions pour mettre sur le marché un vaccin non validé, il y a celle qu'aucun traitement ne soit disponible.
si quelqu'un autorise par exemple l'usage de l'ivermectine (qui soigne), toutes les autorisations d'utiliser des vaccins dans les conditions actuelles tombent.

le gouvernement a choisi de suivre le conseil scientifique dans une stratégie de tout ou rien (vaccin ou traitement),
en privilégiant des vaccins non validés, certains à base de technologie jamais éprouvée en vaccinal, au détriment de médicaments connus depuis des dizaines d'années.
mais taisez vous y a rien à voir, il faut juste trouver ça normal.


sinon oui j'ai regardé ta vidéo
elle ne dit rien de plus que la première partie de la mienne, avec beaucoup moins de rigueur et de précision, en se clôturant avec une punchline tendancieuse.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 23 Avr 2021 18:57 
Hors ligne
Serial posteur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 02 Juin 2012 19:26
Messages: 2130
reservoirdogue a écrit:
~°O°~ a écrit:

J'ai regardé la vidéo. Tu as regardé celle qui prend 2 minutes ?
Petite remarque utile : il y a peut-être moins de mort grâce au confinement et aux mesures barrières, non ? Merci l'insee de confirmer que ces mesures ont été utiles.
As tu compris que le problème principal du virus n'est pas la mortalité, mais le risque de saturation de l'hôpital ?


le risque de saturation de l'hôpital ne date pas d'aujourd'hui, on y a droit tous les hivers depuis une dizaine d'années,
pour une raison simple à comprendre : la population vieillit et les capacités hospitalières diminuent.

la stratégie proposée par le conseil scientifique ne pouvait l'ignorer, elle a pourtant tout misé sur l'hôpital dès le premier jour,
en demandant aux médecins de prescrire du doliprane, de dire aux patients de rester chez eux et d'appeler le SAMU si ça empire, pour aller direction l'hôpital.
une stratégie qu'on peut comprendre dans le moment de l'urgence,
mais qui ne tient plus dès mai 2020 quand le gouvernement s'appuie sur le rapport bidonné du Lancet pour barrer la route aux traitements,
alors même que les auteurs dudit rapport se sont rétractés quelques jours après la parution, sans que le gouvernement n'infléchisse sa décision.

on voit depuis à l'oeuvre une stratégie européenne (avec l'appui de l'OMS) d'entrave systématique aux soins.
la première victime a été l'hydroxychloroquine (Lancet), puis l'ivermectine (directive de l'agence européenne),
et tant d'autres comme ce produit identifié par l'institut Pasteur de Lille qui attend depuis octobre l'autorisation gouvernementale de faire des essais cliniques.

plus le temps passe et plus les raisons de cette stratégie (selon moi hallucinante) d'abandon de soins apparaissent au grand jour :
aucun vaccin n'a une autorisation de mise sur le marché définitive, elles sont toutes provisoires et conditionnelles.
parmi les conditions pour mettre sur le marché un vaccin non validé, il y a celle qu'aucun traitement ne soit disponible.
si quelqu'un autorise par exemple l'usage de l'ivermectine (qui soigne), toutes les autorisations d'utiliser des vaccins dans les conditions actuelles tombent.

le gouvernement a choisi de suivre le conseil scientifique dans une stratégie de tout ou rien (vaccin ou traitement),
en privilégiant des vaccins non validés, certains à base de technologie jamais éprouvée en vaccinal, au détriment de médicaments connus depuis des dizaines d'années.
mais taisez vous y a rien à voir, il faut juste trouver ça normal.


sinon oui j'ai regardé ta vidéo
elle ne dit rien de plus que la première partie de la mienne, avec beaucoup moins de rigueur et de précision, en se clôturant avec une punchline tendancieuse.


Je trouve la deuxième vidéo moins biaisé et plus claire. Beaucoup ont fait la même erreur que sur la première vidéo. La moyenne d'année perdue pour les gens décédé est d'environ 10 ans. C'est une erreur de croire que les gens mort de la covid serait mort dans l'année.

Qu'il y ait une réduction d'effectif dangereux pour l'hôpital d'accord. Le gouvernement serre la ceinture partout depuis quelques années. et c'est lui le responsable de l'état actuel.
Mais s'il n'y avait pas eu de réduction budgétaire et de suppression de lits depuis quelques années, est-ce que l'hôpital aurait pu absorber le nombre de malade de l'épidémie ? Non.
Aucun pays ne peut avoir un hôpital dimensionné pour absorber une épidémie.
Ce serait ridicule et suicidaire économiquement : 95 % des salariés se tourneraient les pouces pendant 49 ans, pour pouvoir accueillir des malades que lorsqu'une épidémie arrive ! Est-ce raisonnable ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 23 Avr 2021 21:50 
Hors ligne
VIP
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 01 Aoû 2013 23:04
Messages: 4469
Localisation: Bagne au lait
Toute analyse doit avoir une portée géographique égale au problème.
La covid est mondiale. Trouver des raisons françaises voire européennes à la pandémie n'expliqent pas le Brésil, l'Inde, les Zetats Zunis, le report des Jo de Tokyo.
Donc ces raisons sont obligatoirement fausses.
A problème mondial, cause et solution mondiale.
A problème continental, cause et solution continentale.
A problème local, cause et solution locale.

Reste que les "complots", et là, je me marre. J'ai survécu (pour le moment) à l'Astra, doit pas être une none.
Image

ce qui me fait moins rire (outre les 300 morts quotidiennes de la Covid), c'est la continuation sans fin des mises à morts de gens qui pensent mal comme cette policière de Rambouillet.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 23 Avr 2021 22:27 
Hors ligne
Entraineur
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 26 Jan 2009 00:15
Messages: 11261
Localisation: mobile
pour l'Inde, à chacun de se faire son opinion sur la flambée de cas dans certains états, pas tous


Image



sinon un document intéressant émanant du Centre Territorial d'Information Indépendante et d'Avis Pharmaceutiques,
de quoi éclairer le consentement de ceux qui veulent savoir ce qu'ils font en se vaccinant avec les produits actuellement sur le marché.
il résulte de la lecture des autorisations de mise en marché déposées auprès de l'EMA européenne.

à ce stade, les preuves de qualité des principes actifs n'ont été fournies pour aucun des vaccins en circulation.


Citation:
Inédit. Exclusif. Vaccins contre la Covid-19 : des incertitudes même sur la qualité intrinsèque des produits, sur leurs procédés de fabrication, sur les lots commercialisés… selon les documents officiels publiés par l’Agence européenne du médicament (EMA)

Avec l’éclairage de Madame Catherine FRADE, Docteur en pharmacie, et ancienne directrice des affaires réglementaires internationales dans l’industrie pharmaceutique.

Peut-on imaginer le lancement d’une chaîne de fabrication de voitures, et la mise en circulation de ces véhicules, malgré les incertitudes relevées dans les documents officiels publiés ? Ces incertitudes concernent la qualité des pièces composant le moteur et les différentes autres pièces détachées dont celles relatives à la sécurité, le procédé de fabrication, la reproductibilité des lots commercialisés, etc.

Dans le domaine du médicament (dont les vaccins), l’acte pharmaceutique de « libération » du produit fini (produit autorisé destiné à la vente) constitue l’ultime étape de contrôle qui précède la mise à disposition de ces produits auprès de la population. Cette étape clef de « libération » relève de la responsabilité pharmaceutique des fabricants, notamment.

Dans la continuité de ses précédentes analyses proposées, le CTIAP du centre hospitalier de Cholet vient donc, à nouveau, révéler à la population, et sans doute de façon inédite et exclusive, de nouvelles informations capitales, vitales, concernant les 4 vaccins contre la Covid-19 suivants : celui du laboratoire BioNTech/Pfizer ; celui du laboratoire Moderna ; celui du laboratoire Astra Zeneca ; celui du laboratoire Janssen.

Ce travail a été possible grâce à la précieuse contribution de Madame le Docteur Catherine FRADE, pharmacienne, et ancienne directrice des affaires réglementaires internationales dans l’industrie pharmaceutique. De façon grâcieuse, elle nous a transmis une alerte écrite documentée. Dans ce document, elle apporte un « éclairage » sur des données qui sont extraites, le 22 mars 2021, de l’AMM (autorisation de mise sur le marché) elle-même ; une AMM qualifiée de « conditionnelle ». Elle a extrait des « données sources qui sont difficilement identifiables par quelqu’un qui ne travaille pas dans le domaine ». Ces données sont donc publiques et vérifiables. Au préalable, il y a lieu de préciser que l’auteure de ce document n’exerce plus au sein de l’industrie pharmaceutique ; elle déclare : « Tout d’abord, je tiens à préciser que je n’ai aucun conflit d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique ». C’est donc avec son accord, que le CTIAP entend mettre à la disposition du public, des professionnels de santé, des décideurs… une analyse de quelques-unes de ces données que toute personne devrait lire de façon attentive.

La présente réflexion présente d’abord ce qu’est une AMM « conditionnelle » (I). Puis, elle rappelle que les études concernant ces vaccins ne sont pas terminées puisqu’elles s’étalent de « 2021 à au moins 2024 » (II). Ensuite, elle révèle, de façon sans doute inédite et exclusive, que les documents officiels, publiés par l’Agence européenne du médicament (EMA), soulignent l’insuffisance des preuves concernant également la « qualité » de la « substance active » et des « excipients », du « procédé de fabrication », de la « reproductibilité des lots » commercialisés, etc. (III). Enfin, cette analyse propose une conclusion.


I- En premier lieu, il est important de comprendre ce qu’est une AMM « conditionnelle »

L’AMM est pour un médicament ce qu’une carte grise représente pour une voiture. L’AMM est octroyée quand un médicament a prouvé sa qualité, son efficacité et sa sécurité ; avec un rapport bénéfice/risque positif : c’est-à-dire qu’il présente plus de bénéfices que de risques. L’obtention de cette AMM est la condition indispensable pour qu’un laboratoire pharmaceutique puisse vendre un médicament, dont les vaccins.

En l’espèce, dans le cas de ces vaccins contre la Covid-19, les 4 AMM délivrées sont des AMM dites « conditionnelles ». Elles sont temporaires. Leur durée de validité n’excède pas 1 an ; car elles sont obtenues sur la base de « données allégées incomplètes ». Pour obtenir une AMM standard de 5 ans, les laboratoires concernés doivent fournir des dossiers complétés « d’études en cours et d’études planifiées dans les années à venir ». Tout au long de « ce développement », une surveillance étroite et coordonnée entre les laboratoires fabricants et les autorités de santé est organisée au travers de discussions régulières. L’AMM « conditionnelle » est « réévaluée chaque année » en fonction de l’apport et de l’analyse critique des données supplémentaires fournies et recueillies durant une année complète.

Cette AMM « conditionnelle » est une AMM européenne. Elle a été obtenue par la procédure centralisée accélérée. Elle permet une mise sur le marché simultanée dans les 30 pays suivants (Union européenne et Association européenne de libre-échange) : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Tchéquie.

Les études, concernant ces 4 vaccins, sont donc toujours en cours.


II- En deuxième lieu, les études planifiées sont toujours en cours et s’étalent sur une période allant de « 2021 à au moins 2024 »

L’ensemble des études déposées lors de la demande d’AMM est résumé dans l’EPAR (European Public Assessment Report : Rapport Public d’Évaluation Européen). Ce dernier est publié sur le site de l’Agence Européenne du Médicament (EMA). Les études planifiées, non encore réalisées, y figurent également.

Ce planning, qui « s’étale de 2021 à au moins 2024 » selon les vaccins contre la Covid-19, est défini dans les « annexes » de l’AMM conditionnelle et dans les EPAR publiés.

À titre d’exemple, le vaccin BioNTech/Pfizer a obtenu cette AMM conditionnelle européenne le 21 décembre 2020. Et, le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance de ce vaccin est fixé au mois de « décembre 2023 ».

Le vaccin Moderna a obtenu cette AMM le 6 janvier 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « décembre 2022 », au moins.

Le vaccin Astra Zeneca a obtenu cette AMM le 29 janvier 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « mars 2024 ».

Le vaccin Janssen a obtenu cette AMM européenne conditionnelle le 11 mars 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « décembre 2023 ».

Mais, à ce jour, et c’est là où se trouve sans doute la révélation inédite et exclusive, un autre délai a été fixé pour ces 4 vaccins. Ce délai ne concerne plus seulement les essais cliniques en cours, mais également les « preuves de qualité pour la substance active et le produit fini », lui-même : c’est-à-dire la qualité intrinsèque (le cœur) du produit vendu et administré à des millions de gens.


III- En troisième lieu, et cela semble sans doute inédit, les documents officiels publiés soulignent également le caractère incomplet des preuves relatives à la « qualité » de la « substance active » et des « excipients », du « procédé de fabrication », de la « reproductibilité des lots » commercialisés, etc.

C’est ainsi que le délai pour déposer les compléments de preuves concernant la « qualité » de la « substance active » et du « produit fini » (c’est-à-dire le vaccin autorisé et vendu) est fixé aux mois de :

« juillet 2021 » pour BioNTech/Pfizer ;

« juin 2021 » pour Moderna ;

« juin 2022 » pour Astra Zeneca ;

« août 2021 » pour Janssen.

En effet, pour ces 4 vaccins, le paragraphe « E. Obligation spécifique relative aux mesures post-autorisation concernant l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle », extrait de l’annexe II de l’AMM, mentionne clairement ce qui suit :


Pour le vaccin BioNTech/Pfizer (pages 18-19)

À échéance de « mars 2021 », le laboratoire doit fournir « des données de validation supplémentaires » en vue de « confirmer la reproductibilité du procédé de fabrication du produit fini ».

À échéance de « juillet 2021 », le laboratoire doit fournir les informations manquantes afin de :

« compléter la caractérisation de la substance active et du produit fini » ;

« renforcer la stratégie de contrôle, y compris les spécifications de la substance active et du produit fini » dans le but « d’assurer une qualité constante du produit » ;

« fournir des informations supplémentaires concernant son procédé de synthèse et sa stratégie de contrôle » afin de « confirmer le profil de pureté de l’excipient ALC-0315 » et « d’assurer un contrôle qualité et une reproductibilité entre les lots tout au long du cycle de vie du produit fini » ;

« fournir des informations supplémentaires concernant son procédé de synthèse et sa stratégie de contrôle » afin de « confirmer le profil de pureté de l’excipient ALC-0159 » et « d’assurer un contrôle qualité et une reproductibilité entre les lots tout au long du cycle de vie du produit fini » ;

Et à échéance de « décembre 2023 », et « en vue de confirmer l’efficacité et la sécurité » de ce vaccin, le laboratoire « devra soumettre le rapport final d’étude clinique pour l’étude randomisée, contrôlée contre placebo, avec observateur en aveugle (étude C4591001) ».


Pour le vaccin Moderna (page 15)

Le laboratoire doit fournir les informations manquantes afin de :

« compléter la caractérisation des procédés de fabrication de la substance active et du produit fini » (échéance « janvier 2021 ») ;

« confirmer la reproductibilité du procédé de fabrication de la substance active et du produit fini (tailles de lot initiale et finale) (échéance « avril 2021 ») ;

« fournir des informations supplémentaires sur la stabilité de la substance active et du produit fini et revoir les spécifications de la substance active et du produit fini après une plus longue pratique industrielle » dans le but « d’assurer une qualité constante du produit » (échéance « juin 2021 ») ;

« soumettre le rapport final de l’étude pour l’étude clinique randomisée, contrôlée par placebo et en aveugle pour l’observateur mRNA-1273-P301 » dans le but de « confirmer l’efficacité et la sécurité de COVID-19 Vaccine Moderna » (échéance « décembre 2022 »).


Pour le vaccin Astra Zeneca (pages 14-15)

Le laboratoire doit verser les informations manquantes afin de :

« fournir les données de validation et de comparabilité supplémentaires, et instaurer des tests plus approfondis » dans le but de « confirmer la reproductibilité des procédés de fabrication de la substance active et du produit fini » (échéance « décembre 2021 ») ;

« fournir l’analyse principale (basée sur le data cut-off du 7 décembre (post-verrouillage de la base de données) et l’analyse finale des études pivotales combinées » afin de « confirmer l’efficacité et la tolérance de COVID-19 Vaccine AstraZeneca » (échéance « 5 mars 2021 » (pour l’analyse principale) et « 31 mai 2022 » (pour l’analyse combinée)) ;

« soumettre les rapports finaux des études cliniques randomisées et contrôlées COV001, COV002, COV003 et COV005 » en vue de « confirmer l’efficacité et la tolérance de COVID-19 Vaccine AstraZeneca » (échéance « 31 mai 2022 ») ;

« fournir des données supplémentaires concernant la stabilité de la substance active et du produit fini et revoir les spécifications du produit fini après une longue pratique industrielle » en vue « d’assurer une qualité constante du produit » (échéance « juin 2022 ») ;

« soumettre la synthèse et les résumés de l’analyse principale et le rapport final d’étude clinique pour l’étude D8110C00001 » en vue de « confirmer l’efficacité et la tolérance de COVID-19 Vaccine AstraZeneca chez les personnes âgées et le sujets présentant une maladie sous-jacente » (échéance « 30 avril 2021 » (pour l’analyse principale) et « 31 mars 2024 » (pour le rapport d’étude final)).


Pour le vaccin Janssen (page 18)

Le laboratoire doit transmettre les informations manquantes afin de :

« fournir des données de comparabilité et de validation supplémentaires » en vue de « confirmer la reproductibilité du procédé de fabrication du produit fini » (échéance « 15 août 2021 ») ;

« déposer le rapport final de l’étude clinique randomisée, contrôlée contre placebo, en simple aveugle VAC31518COV3001 » en vue de « confirmer l’efficacité et la sécurité du vaccin COVID-19 Ad26.COV2.S » (échéance « 31 décembre 2023 »).


Ces faits nous permettent de proposer une conclusion.


Conclusion


Par ces motifs, non exhaustifs, il était donc utile de chercher et de lire également et notamment le contenu dudit paragraphe « E. Obligation spécifique relative aux mesures post-autorisation concernant l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle », extrait de l’annexe II de l’AMM, correspondant à chacun de ces 4 vaccins contre la Covid-19.

L’insuffisance d’évaluation ne concerne donc pas seulement les essais cliniques (études menées chez l’Homme (femme et homme)), mais également la qualité même de la substance active, des excipients dont certains sont nouveaux, du procédé de fabrication, des lots libérés et administrés à des personnes humaines dans plusieurs pays du monde.

D’ailleurs, ces excipients nouveaux doivent être considérés comme des principes actifs nouveaux ; et ainsi faire l’objet d’un dossier d’évaluation complet et similaire à celui qui est exigé pour un principe actif nouveau.

Le changement du nom commercial de l’un de ces vaccins, comme cela a été récemment annoncé pour notamment le vaccin du laboratoire Astra Zeneca, ne pourrait être considéré que comme un arrangement cosmétique de l’image du produit dans un but marketing (conquête d’une nouvelle confiance du public, relance des ventes). Il ne répondrait pas aux questions soulevées concernant la qualité, l’efficacité et la sécurité du produit. C’est l’une des techniques habituelles utilisée pour maquiller (dissimuler) certaines caractéristiques indésirables du produit concerné. Une technique qui a déjà été employée pour présenter d’autres médicaments sous leur meilleur jour.

Comme déjà mentionné précédemment, dans le domaine du médicament (dont les vaccins), la « libération » du produit fini (destiné à la vente) est l’ultime étape de contrôle (de la qualité et donc de la sécurité) avant de mettre à disposition de la population ces produits.

Cette étape clef de « libération » des lots relève de la responsabilité pharmaceutique des fabricants. Mais, la responsabilité des utilisateurs (établissements et professionnels de santé notamment) peut également être engagée.

À notre avis, ces études cliniques n’auraient jamais dû commencer avant, au moins, la totale maîtrise de la qualité intrinsèque du produit fini et de son procédé de fabrication ; avant la stabilisation des formules de ces vaccins.

Comment pourrait-on comparer les résultats de ces essais cliniques, menés à l’échelle mondiale, si le vaccin administré peut varier d’une fabrication à l’autre, d’un lot à l’autre, d’une région à l’autre… ?

Ces variabilités, qui impactent même le cœur du produit, pourrait même invalider tous les essais cliniques effectués.

Même en cas d’urgence sanitaire, il nous est donc difficile de comprendre les fondements de ces AMM (autorisation de mise sur le marché) qui ont été octroyées à ces vaccins contre la Covid-19.

Aux incertitudes liées à la Covid-19, se sont ajoutées les approximations liées à l’utilisation, et à la qualité intrinsèque même, de ces vaccins. Désormais, il faudrait gérer deux problèmes au lieu d’un.

La manœuvre semble subtile. Les informations utiles sont bien disponibles dans les documents officiels publiés dans le cadre de l’AMM ; mais, ces données ne sont pas rendues visibles par le discours officiel. Ce dernier n’aurait cherché qu’à présenter ces produits comme étant efficaces et sûrs, et sans réserves ; alors même que les formules et les procédés de fabrication de ces vaccins ne semblent même pas encore totalement stabilisés.

Ces nouvelles révélations, sans doute inédites et exclusives, sèment davantage le doute sur la validité du consentement (une liberté fondamentale) qui est censé être libre et éclairé ; et qui aurait été donné par les personnes aujourd’hui vaccinées.

Toute personne a le droit à une information claire, loyale et appropriée. Cette information est également pérenne : en cas de révélation de nouvelles données, les personnes déjà vaccinées doivent être informées a posteriori (après l’administration de tel ou tel vaccin).

L’« obligation » vaccinale ne peut donc prospérer ; même sous forme déguisée via notamment un « passeport vaccinal ».

Cette nouvelle analyse vient confirmer davantage nos précédentes réflexions comme celle intitulée « Le vaccin contre la Covid-19 (Tozinaméran ; COMIRNATY°) pourrait-il être qualifié de « défectueux » par le juge ? » ; ou celles exprimées dans les deux lettres ouvertes qui ont déjà été adressées notamment au Ministre des solidarités et de la santé et aux 7 Ordres professionnels de santé.

La vulnérabilité ne jaillit pas uniquement de l’âge et de l’état de santé des personnes notamment. Ne pas pouvoir accéder à une information indépendante sur les médicaments (dont les vaccins) est la première des pauvretés et des inégalités.

D’ailleurs, concernant les incertitudes sur l’efficacité de ces vaccins, le Conseil d’État relevait, le 3 mars 2021, notamment l’aveu du Ministère des solidarités et de la santé, lui-même, et les contradictions de l’« administration » française. Dans cette décision, et contre l’avis de ce Ministère, le Conseil d’État avait pris une décision qui semblait tendre vers la reconnaissance de cette efficacité. Mais, quelques jours plus tard, dans une nouvelle décision (n°450413) rendue le 11 mars 2021, le Conseil d’État change de position et admet « l’incertitude qui demeure sur l’efficacité réelle du vaccin quant à la propagation du virus ». Il y a lieu de rappeler aussi que, le 18 février 2021, Monsieur le Ministre des solidarités et de la santé a reconnu également, et publiquement, qu’aucun pays européen n’a pu apporter, non plus, la preuve que ces vaccins permettent de prévenir les formes « graves » de la Covid-19 (cf. conférence de presse à partir de 34min 44s).

Dans son dernier « Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19 – Période du 12/03/2021 au 18/03/2021 » publié le 26 mars 2021 - mis à jour le 29 mars 2021 -, l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) fait état de notamment le nombre de décès survenus en France après l’administration de ces vaccins. Des décès qui sont notifiés (signalés) en pharmacovigilance (indépendamment de la certitude du « lien de causalité » entre ces vaccins et ces décès) : « 311 décès » après l’administration du vaccin BioNTech/Pfizer ; « 4 décès » après l’administration du vaccin Moderna ; « 20 décès » après l’administration du vaccin Astra Zeneca ; (pas de données pour l’instant concernant le dernier vaccin (Janssen) autorisé). En sachant, qu’en général pour tous les médicaments, il existe une forte sous-notification en pharmacovigilance malgré le caractère obligatoire de ces déclarations.

Par conséquent, la prudence notamment voudrait même que, dans tous les pays où ces vaccins contre la Covid-19 ont été commercialisés, tous les lots ainsi « libérés » soient retirés immédiatement ; et que ces AMM qui ont été octroyées soient suspendues, voire annulées, en urgence jusqu’à nouvel ordre. C’est en tout cas le sens des recommandations que nous pourrions suggérer aux autorités ad hoc, et notamment françaises. Et, a minima, ces informations doivent être portées à la connaissance de toute personne de façon claire, loyale et appropriée.

D’autant plus qu’en cas d’effets indésirables graves, dont des décès, et pour établir ledit « lien de causalité » avec certitude, les victimes et leurs familles se trouvent souvent démunies face à l’exigence de la « preuve diabolique ».




https://ctiapchcholet.blogspot.com/2021 ... covid.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic de ceux qui n'ont rien à dire (saison 20)
MessagePosté: 23 Avr 2021 22:41 
Hors ligne
VIP
Avatar de l'utilisateur

Inscription: 01 Aoû 2013 23:04
Messages: 4469
Localisation: Bagne au lait
C'est certainement parce que l'inefficacité est probable que cette même institution recommande leur usage ?

https://www.businessinsider.fr/les-bene ... ent-187298

Pour Rambouillet, on attend les appels à manifester contre les violences policieres, pour l'instant, pour certains, il ne s'est rien passé qu'un banal fait divers. 2 orphelins.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages précédents:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5683 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 370, 371, 372, 373, 374, 375, 376 ... 379  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d'été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Liens commerciaux
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com & phpBB.biz